post

Création du Réseau Local d’Échouages en Polynésie française

CRÉATION D’UN VASTE RÉSEAU HUMAIN SUR TOUTE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE

La Zone Economique Exclusive (ZEE) de Polynésie française s’étend sur 5,5 millions de kilomètres carrés. Une vingtaine d’espèces de mammifères marins et cinq espèces de tortues marines y sont fréquemment observées. Dans le cadre de ses missions de conservation et de protection des espèces marines emblématiques de Polynésie française (requins, mammifères marins, tortues marines et raies manta) et afin de mieux comprendre les impacts et renforcer nos connaissances sur ces espèces, la Direction de l’Environnement (DIREN) a décidé de créer un Réseau Local d’Échouages pour la Polynésie française composé de volontaires bénévoles. L’objectif est d’avoir une réelle coordination des efforts en cas d’échouage de ces espèces, afin de pouvoir effectuer toutes les analyses nécessaires et évacuer les carcasses dans des conditions sanitaires optimales si l’animal est trouvé mort ou de tenter un sauvetage si l’animal est vivant.

…DES CORRESPONDANTS FORMÉS

Intervenir sur un animal blessé, échoué, ou un cadavre n’est pas sans risques. Il faut éviter d’aggraver l’état de l’animal, de se blesser soi-même et prévenir le risque de transmissions de maladies entre l’Homme et l’animal. Afin d’appréhender tous ces facteurs et permettre aux membres du Réseau d’intervenir en totale sécurité pour eux, pour les animaux, et pour l’environnement, une formation de 2 jours (les 24 et 25 avril 2017) est organisée par la DIREN en collaboration avec Aquasearch-Polynésie et l’association Mata Tohora. Les espèces marines emblématiques de Polynésie française sont protégées par le Code de l’Environnement. Par conséquent, il n’est pas autorisé d’intervenir auprès de ces animaux sans autorisation préalable de la DIREN. À l’issu de cette formation, les correspondants seront ainsi habilités à pouvoir intervenir en cas de besoin sur ces espèces marines selon leur niveau de compétences. Les collectivités locales sur les différents archipels recevront prochainement des plaquettes d’information avec le numéro de téléphone à composer en cas d’urgence et les procédures à suivre.

DES BÉNÉVOLES VOLONTAIRES ET ACCRÉDITÉS

Répondant présents à cet ambitieux projet lancé par la DIREN, 25 correspondants, venant de tous les archipels, feront le déplacement pour suivre cette formation de 2 jours alliant théorie et pratique afin de mieux connaître les espèces rencontrées, respecter les règles de sécurité et d’hygiène lors des interventions et apprendre les protocoles de prélèvement d’échantillons. Cette formation sera suivie de la signature de l’Engagement des membres du RLE et de la remise des accréditations aux référents fraîchement formés. L’autorisation délivrée par la DIREN à l’issu de la formation constitue en outre un pré requis indispensable à toute intervention en cas d’échouage de toute espèce marine emblématique sur le territoire polynésien.

Dans les prochaines années, les données récoltées par les membres du réseau permettront d’acquérir de précieuses informations sur les populations présentes au sein du sanctuaire marin de Polynésie française, de mieux comprendre les causes d’échouage de ces espèces, et favoriseront ainsi le renforcement des programmes de gestion mis en place par le Pays afin de pouvoir continuer à préserver ces espèces précieuses de notre patrimoine marin et culturel.

Contacts presse :Virginie Scanga (Aquasearch-Polynésie en charge de la formation) : v.scanga@aquasearch.fr(+689 87 35 60 14); MiriTatarata (DIREN): miri.tatarata@environnement.gov.pf, Faimano Boulet (DIREN): faimano.boulet@environnement.gov.pf(+689 40 47 66 12); Agnès Benet: info@matatohora.com (+689 87 70 22 77)

Inscriptions vivement conseillées pour la conférence de presse

http://www.environnement.pf

http://www.matatohora.com

http://www.aquasearch.fr